Comment engager vos collaborateurs en télétravail ?

Télétravail Collaborateurs

Chez nos clients, nous voyons le télétravail se développer de plus en plus vite. Cette pratique est largement sollicitée par les collaborateurs, si bien qu’elle concerne 25% d’entre eux (IFOP 2017) contre 12,4% en 2012 (Greenworking). La tendance est claire : le nombre de collaborateurs pratiquant le télétravail et la fréquence de cette pratique sont en augmentation. Cela implique donc de nouveaux défis en terme d’engagement des collaborateurs

Or, dès qu’une problématique sur l’engagement des collaborateurs survient, Supermood investigue pour vous apporter des outils et des solutions !

Télétravail Engagement

La plupart du temps, le télétravail se met en place de manière informelle : le collaborateur se met d’accord avec son manager à la machine à café. Mais, il peut aussi y avoir de véritables processus qui organisent le télétravail. Il peut même être réglementé directement dans le contrat de travail. On peut facilement imaginer la difficulté quant à engager un collaborateur lorsqu’il est en télétravail : loin de l’atmosphère du bureau, comment pourrait-il se sentir engagé envers son entreprise ou son équipe, lui qui ne les côtoie pas ? Et pourtant, c’est bel et bien possible ! Voici nos conseils :

1. D’abord, on entend quoi par télétravail ?

Le télétravail est comme le Pokémon Metamorph, il existe sous de multiples formes :

    • Récurrent : il concerne ceux qui font du télétravail régulièrement, selon un rythme fixé avec leur manager. Par exemple : faire du télétravail tous les mercredis rentre dans cette catégorie.
    • Ponctuel : il s’agit d’une courte période – souvent une journée – pendant laquelle le collaborateur souhaite télétravailler pour des questions de commodité avec l’accord de son manager. Cela peut être parce qu’il a un rendez-vous avec un client près de chez lui, que son enfant est malade, ou que son électricien doit passer entre 8h et 18h.
    • Long terme : il s’agit d’une collaboration à distance de longue durée. Certaines entreprises comme Buffer ou Trello vont jusqu’à collaborer complètement à distance, sans bureaux. Les termes du télétravail de long terme sont définis avant le début de la période, de manière formelle avec les managers. C’est surtout dans ce format que les termes sont inscrits dans le contrat de travail.

Ces différents profils de télétravailleurs ne vont donc pas rencontrer les même défis.

Dans cet article, nous nous concentrons surtout sur les télétravailleurs récurrents et ponctuels. Ce sont les profils les plus répandus, notamment chez nos clients. Ils ont surtout des difficultés liées à leur productivité et à leur organisation. Mais pas de panique, nous vous donnons quelques clefs pour y faire face !

Engagement Télétravail

2. Définir les objectifs de la période en télétravail

Lorsqu’un collaborateur part en télétravail, il sera plus facile pour lui et pour vous, de savoir précisément ce sur quoi il va travailler.

De cette manière, le manager évite d’imaginer que le collaborateur ne travaille peut-être pas. Comme les objectifs sont fixés, les résultats feront foi de son travail. En effet, dans le cadre du télétravail, c’est la réalisation des objectifs qui est l’indicateur de performance à privilégier. De la même manière que vous ne pouvez pas être sûr que le collaborateur travaille, vous ne pouvez pas non plus être sûr qu’il ne fait pas davantage d’heures que prévu.

Acceptez de changer le paradigme d’évaluation du travail fourni : choisissez de ne pas prendre en considération l’absence du collaborateur, mais seulement sa capacité à atteindre ses objectifs. Toutefois, cela implique une boucle de feedback soutenue pour construire et maintenir la confiance.

Pour cela, Supermood a crée le SuperFeedback : il collecte, ritualise et centralise la remontée d’informations auprès de vos collaborateurs. Des outils d’analyse permettent de comprendre facilement les leviers de l’engagement de vos collaborateurs et d’entreprendre des plans d’actions fondés sur des données précises. 

3. Communiquer en permanence avec les employés en télétravail

Le télétravail extrait le collaborateur de l’énergie du bureau. Le collaborateur peut ainsi alimenter sa créativité et revenir dans les locaux avec des idées neuves. En contrepartie, cela peut aussi créer un désalignement avec le reste de l’équipe, souvent à cause d’un malentendu. En effet, l’intérêt majeur du bureau, c’est l’efficacité de la communication.

Lorsque toute une équipe échange, chaque collaborateur aura recours à la fois à la communication verbale, à la communication non verbale et à la communication écrite. Lorsqu’un collaborateur est en télétravail, la communication non verbale fait défaut et c’est ainsi que peuvent naître des malentendus. Ces désalignements peuvent avoir un impact négatif sur les projets d’une équipe, y compris si le collaborateur télétravaille seulement une journée.

Cela vous paraît exagéré ?

Pourtant, des études (Mehrabian) montrent que seulement 7% de la communication est verbale, 38% est liée à la tonalité de la voix et 55% est non verbale. Or, en télétravail, la majorité des éléments de communication nous est inaccessible. On ne peut alors plus rebondir ou interpréter un rictus, un froncement de sourcil, un regard interrogateur, etc.

Télétravail collaborateur
Pour compenser cela, communiquez régulièrement par écrit ou par téléphone. Fondez alors la communication sur l’effort d’explicitation. Privilégiez des points en présentiel avec votre collaborateur pour fixer les objectifs de sa période en télétravail. Les malentendus seront ainsi rapidement dissipés. Ensuite, en télétravail, le collaborateur peut interagir avec son équipe en travaillant sur des documents partagés comme Google Docs ou Google Spreadsheets. Il peut aussi partager régulièrement les avancées de son travail avec ses collègues.

Certaines entreprises comme La Poste ou Orange ont même acquis une flotte de robots-caméras pouvant être pilotés à distance. Le principe est simple : le robot est au bureau et votre collaborateur peut le piloter à distance pour se déplacer dans l’entreprise et interagir avec ses collègues grâce à la webcam. De cette manière, les obstacles de la distance sont contournés et le télétravail est simplifié. Toutefois, ces robots représentent un investissement conséquent : comptez entre 3 000€ et 20 000€ par robot.

4. Evaluer l’impact du processus de télétravail

Une fois ces différentes étapes mises en place, il est important de d’évaluer l’efficacité de votre dispositif de télétravail. Le SuperFeedback vous permettra de poser des questions précises sur votre processus afin de pouvoir itérer dessus. Ainsi, des feedbacks constructifs ou de nouvelles idées vous sont remontés pour optimiser votre dispositif.
Le SuperScore, lui, vous permettra de prendre le pouls de vos équipes et de pouvoir quantifier l’impact du télétravail sur l’engagement au sein de votre entreprise, avec des données claires et précises

L’engagement de vos collaborateurs s’en trouvera alors amélioré, qu’ils soient en télétravail eux-mêmes ou sédentaires au sein d’équipes de télétravailleurs. Le télétravail gagnera en fiabilité au sein de votre entreprise, et vous pourrez vous reposez sur des données fiables pour justifier la démarche de télétravail mise en place par vos équipes. 

New Call-to-action

Les sources – la science, il n’y a que ça de vrai – :
Alice Caillet

Auteur : Alice Caillet

Customer Success & CEO right hand @Supermood